Peindre en plein air

Articles
Vue sur le fleuve dans la belle municipalité de St- Jean- Port- Joli

À coups de pinceaux et de bonheur

Peindre en plein air est un travail qui demande beaucoup d’observation, d’analyse et d’organisation pour un peintre. Toutefois il est plus facile d’observer les couleurs naturelles, les contrastes et les détails d’un paysage lorsqu’une toile est réalisée à l’extérieur. Étant donné que le travail doit être exécuté rapidement, le geste du peintre permet de donner un coup de pinceau très naturel, libre et instantané, ce qui donne un résultat très artistique et réaliste comparativement à un tableau exécuté d’après une photo en atelier. L’oeuvre devient unique et appartient au style de l’artiste même, ce qui donnera davantage de fierté à celui- ci et une assurance d’authenticité à son futur acquéreur.

Image de gauche: Ile des Moulins, Terrebonne

Image de droite: Sortie dans le Vieux Montréal avec École des Beaux- Arts de Montréal

Reproduction d’une toile de Gauguin – Route à Tahiti 1891

Articles, Les grands maîtres

Premières années :

Le style de Gauguin a été classé comme post impressionniste, synthétiste et symboliste. Innovateur de renom, Gauguin a expérimenté, inventé et maîtrisé une foule de nouveaux styles au cours de sa carrière. Il est l’un des précurseurs de l’art moderne avec Klint, Cézanne, Munch, Seurat et Van Gogh. Il est largement reconnu comme l’artiste ayant le plus innové pour briser les traditions du naturalisme occidental. Le style de Gauguin met l’accent sur les motifs linéaires et les harmonies de couleurs pures.

Années avancées :

Paul Gauguin, né le 7 juin 1848 à Paris et mort le 8 mai 1903 à Atuona(Hiva Oa) aux îles Marquises, est un peintre français. Il est le fils de Clovis Louis Pierre Guillaume Gauguin, journaliste républicain au National, et de Aline Chazal, fille de la célèbre femme de lettre Flora Tristan. Sa mère est à moitié péruvienne. Elle est également petite fille de Thérèse Laisnay et Mariano de Tristan y Moscoso, militaire issue d’une famille propriétaire de plusieurs terres au Pérou.

Marié à Mette et père de 5 enfants, Gauguin abandonne tout pour se lancer dans sa carrière d’artiste. Gauguin est fermement enraciné dans l’impressionnisme. Il expose d’ailleurs avec les impressionnistes dès 1879. Ses premiers conseils d’artiste lui sont donnés par Camille Pissarro.  Après le krach boursier de 1882, Gauguin s’installe à Rouen, puis à Pont Aven en 1886, sur les conseils d’un ami. Il s’agit d’une station importante pour les artistes à l’époque.  À Pont-Aven Gauguin, cesse de peindre exclusivement à l’extérieur et commence à adopter une ligne plus indépendante. C’est là qu’il peint la Vision après le sermon, oeuvre aux grands à-plat de couleurs pures et fortes qui marque sa rupture avec l’impressionniste. Cette même année, en quête d’exotisme, il s’embarque aux côtés de Charles Laval, devenu son ami, pour Panama et la Martinique. Malade de dysenterie et du paludisme, et sans ressources pour vivre, Gauguin regagne Paris en novembre 1887.

Années intermédiaires :

Les peintures de Gauguin au cours de sa phase synthétiste révèlent une simplification globale du sujet. Il cherche à simplifier les formes, élimine les détails afin de ne garder que la forme essentielle.  Le style est intensément spirituel envers le sujet et est représenté avec une utilisation expressive de la couleur. Gauguin utilise des aplats de couleurs vives avec des contours lourds et sombres dans sa série de paysages bretons. Ce style donne à ses peintures un style médiéval et représente souvent la vie quotidienne du peuple breton.

En 1888, Gauguin déménage à Arles pour travailler avec Van Gogh , grâce à son frère Théodorus. Cette période est marquée par un nouveau développement dans son style artistique. Il découvre les estampes japonaises à travers Vincent van Gogh, alors qu’ils passent ensemble deux mois (d’octobre à décembre) à peindre. Ils peignent alors la série sur les Alyscamps, des portraits, des paysages et des natures mortes. Les deux confrères sont très sensibles et connaissent des moments de dépression — Gauguin, comme Van Gogh, tentera de se suicider. Gauguin abandonne de plus en plus l’art imitatif pour l’expression par la couleur.

Les deux peintres entrent en conflit personnel et artistique, qui culmine quand Gauguin peint Van Gogh peignant des tournesols, portrait dont Van Gogh dira : « C’est bien moi, mais devenu fou ». Leur cohabitation tourne mal et se termine sur le fameux épisode de l’oreille coupée de Van Gogh, le 23 décembre 1888.

Sa recherche d’un idéal primitif amène Gauguin à se retirer de la société occidentale. Gauguin s’embarque alors pour Tahiti. Cette période est l’une des plus créatives de sa vie. Gauguin réalise des sculptures et des gravures sur bois, des dieux polynésiens et maoris etc… Ses peintures d’art primitif sont caractérisées par des formes plates et des couleurs vives.

Affaibli, fatigué de lutter et rongé par la syphilis, il meurt le 8 mai 1903.

Documentaires et articles intéressants

Les grands maîtres de la peinture (youtube)- Paul Gauguin

Wikiart – Eugène Paul Henri Gauguin


Montréal, source de mes inspirations artistiques

Montréal cosmopolite

Montréal est une ville de quartiers multiethniques, présentant une diversité culturelle riche et animée. Pendant les fins de semaines, il m’arrive parfois de me rendre dans le Mile-End pour aller au Club Espagnol du Québec (situé sur le boulevard St-Laurent), afin de suivre des ateliers de guitare flamenca avec les classes de danses de Rocio Vadillo, ou pour aller assister à des concerts au Centre des musiciens du Monde ou au conservatoire de Musique de Montréal.

Le Mile-End est un secteur de l’arron-dissement du Plateau du Mont-Royal. Il est reconnu comme un quartier à vocation largement artistique, peuplé par des artistes, des musiciens, des écrivains, peintres et des cinéastes. On y retrouve de nombreuses galeries d’art, des ateliers de designers, des boutiques et des cafés, ainsi que plusieurs salles de spectacles comme La Sala Rosa, le théâtre Fairmount et la Casona. Ces moments passés à Montréal sont des sources d’inspiration pour la créations de mes tableaux et croquis pendant mes cours à l’École Des Beaux-Arts de Montréal.

Croquis Parc Lafontaine


Le Parc du Jardin Olympique

Les jardineries de Montréal ont été créés dans le but de réhabiliter les installations du Jardin Olympique. Ce nombreux citoyens ont contribué à l’aménagement de cet espace communautaire au sein du Cartier Hochelaga-Maisonneuve. J’ai eu l’occasion, avec d’autres membres du comité étudiant de l’École des Beaux-Arts de Montréal, d’y organiser un atelier de modèles vivants avec le public présent à l’ouverture des jardineries pour la période estivale de 2017.

Atelier de guitare avec Jhensen Montalvo
Classe de danse avec Rocio Vadillo
Club Espagnol du Québec
Model vivant – Ste-Catherine en fête

Les moments de création en temps de pandémie

Depuis mars 2020, j’ai considérablement augmenté mes travaux malgré le confinement et les mesures sanitaires. Je consacre également beaucoup de temps à mes formations artistiques en lignes ainsi qu’à la mise en place de ma boutique.

Centre des musiciens du monde

Conservatoire de musique de Montréal

Articles